Sunday, 23rd April 2017

Changement Climatique à Tuvalu

Les neuf îles de Tuvalu se trouvent au milieu du Pacifique. Funafuti, l’île principale et capitale, est à 1000 km au Nord de Fidji. Tuvalu est devenu, notamment grâce à la conférence de Copenhague en 2009, le symbole international des conséquences du changement climatique. L’augmentation du niveau des mers, l’une des conséquences les plus connues, est une menace majeure pour Tuvalu, considérant que l’altitude moyenne est d’environ 1,5 mètres. Les conséquences du changement climatique auront et ont déjà de considérables impacts sur ces îles.

Dans le Programme National d’Actions pour l’Adaptation (NAPA), le gouvernement de Tuvalu a identifié sept centrales et immédiates menaces sur les modes de subsistance des Tuvaluans. Ces sept effets négatifs sont présentés ici :

Zone Côtière: d’après le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC), le niveau des mers à déjà grimpé de 20 centimètres entre 1870 et nos jours. Considérant le fait que Tuvalu est au ras de l’eau, cette tendance affecte dangereusement les îles. L’objectif du gouvernement est d’améliorer la capacité d’adaptation de ces zones et des habitations au changement climatique.

Agriculture: A cause de la montée des eaux, le sol de Tuvalu va devenir de plus en plus salinisé, menaçant ainsi l’habitat de certaines plants dont le pulaka et le cocotier. Considérant que le pulaka est la base de l’alimentation tuvaluane, l’objectif est d’introduire des semences de pulaka qui soient résistantes au sel.

Eau : les îles de Tuvalu ont progressivement perdu leurs ressources en eau souterraine, non seulement à cause de la montée du niveau des mers, mais aussi à cause de la pollution humaine. En conséquence, les tuvaluans dépendent entièrement du stockage de l’eau de pluie pour leurs besoins. Cependant, les saisons à Tuvalu sont de plus en plus irrégulières et difficiles à prévoir, menant parfois à des sécheresse et des manques d’eau. Afin d’améliorer cette situation, le plan d’adaptation recommande d’utiliser de systèmes de collection et de conservation de l’eau améliorés et en plus grand nombre.

Santé : les sols permettant le développement des vecteurs de maladies seront de plus en plus fréquents et nombreux dans les prochaines années et décades à cause des marées plus hautes, des inondations et des cyclones. Cette fréquence accrue va augmenter l’exposition des Tuvaluans aux maladies véhiculées par l’eau et augmentera les potentielles épidémies sur les îles.

Biodiversité : le changement climatique, réchauffant les océans, porter atteinte aux coraux et en conséquence à la faune marine. La biodiversité de l’océan, et aussi, dans le cas de Tuvalu, des atolls vont diminuer. Pour éviter cette irréparable perte d’espèces à cause de la chaleur des eaux, les fragiles écosystèmes doivent être protégés.

Pêche : La perte biodiversité de l’atoll et particulièrement des eaux peu profondes du lagon ne sera pas le seul impact négatif de l’augmentation de la température des eaux marines. L’augmentation de la température va aussi réduire de manière considérable les ressources en mollusques et en poissons. Considérant que les Tuvaluans, mangent en moyenne 500 grammes de poisson par habitant et par jour, une réduction de la ressource aura des conséquences désastreuse sur les modes de subsistances et aussi sur le développement.

Catastrophes naturelles : Tuvalu a été de plus en plus exposé aux tempêtes tropicales et cyclones  depuis 1990. Entre 1970 et 1990, seulement trois tempêtes ou cyclones ont frappé Tuvalu. Cependant, entre 1990 et 2005, les îles ont été touchées par treize évènements similaires. Afin de réduire les impacts néfastes sur la population, le pays devra mettre en place un système d’alerte et de réponse potentielle.

Ces différentes menaces auxquelles est et sera exposé Tuvalu dans les prochaines années et décennies sont similaires à tous les autres Petits Pays Insulaires en Développement (SIDS). Au cours de notre séjour à Funafuti, nous expliquerons plus en détail – dans de prochains articles – ces différentes conséquences du changement climatique.

PHVsPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9jb250ZW50PC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9jb250ZW50X2Fkc2Vuc2U8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9jb250ZW50X2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy93b290aGVtZXMtNDY4eDYwLTIuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfY29udGVudF91cmw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9oZWFkZXI8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX2hlYWRlcl9jb2RlPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfaGVhZGVyX2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3dvb3RoZW1lcy5jb20vYWRzL3dvb3RoZW1lcy00Njh4NjAtMi5naWY8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9oZWFkZXJfdXJsPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfbGVhZGVyYm9hcmRfZjwvc3Ryb25nPiAtIHRydWU8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9sZWFkZXJib2FyZF9mX2NvZGU8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9sZWFkZXJib2FyZF9mX2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy93b290aGVtZXMtNzI4eDkwLTIuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfbGVhZGVyYm9hcmRfZl91cmw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hbHNvX3NsaWRlcl9lbmFibGU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWxzb19zbGlkZXJfaW1hZ2VfZGltZW50aW9uc19oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSAxNDQ8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hbHRfc3R5bGVzaGVldDwvc3Ryb25nPiAtIGRlZmF1bHQuY3NzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYXJjaGl2ZV9wYWdlX2ltYWdlX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDIyMDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FyY2hpdmVfcGFnZV9pbWFnZV93aWR0aDwvc3Ryb25nPiAtIDIwMDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2F1dG9faW1nPC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NhdF9tZW51PC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jb250YWN0X3BhZ2VfaWQ8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jdXN0b21fY3NzPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fY3VzdG9tX2Zhdmljb248L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vQUpTbWl0aC5jby51ay9rbGltYXQvd3AtY29udGVudC93b29fdXBsb2Fkcy8zLWZhdmljb24ucG5nPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZXhjZXJwdF9lbmFibGU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVhdHVyZWRfaW1hZ2VfZGltZW50aW9uc19oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSAzNzE8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWF0dXJlZF9zaWRlYmFyX2ltYWdlX2RpbWVudGlvbnNfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gNzg8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWF0dXJlZF90YWc8L3N0cm9uZz4gLSBmZWF0dXJlZDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ZlYXR1cmVkX3RhZ19hbW91bnQ8L3N0cm9uZz4gLSAzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVlZGJ1cm5lcl91cmw8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19nb29nbGVfYW5hbHl0aWNzPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faGlnaGxpZ2h0c19zaG93PC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2hpZ2hsaWdodHNfdGFnPC9zdHJvbmc+IC0gZmVhdHVyZWQ8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19oaWdobGlnaHRzX3RhZ19hbW91bnQ8L3N0cm9uZz4gLSAzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faGlnaHRsaWdodHNfaW1hZ2VfZGltZW50aW9uc19oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSA3NTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2xvZ288L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19tYW51YWw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb20vc3VwcG9ydC90aGVtZS1kb2N1bWVudGF0aW9uL3RoZS1qb3VybmFsLzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX25hdl9leGNsdWRlPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fcmVjZW50X2FyY2hpdmVzPC9zdHJvbmc+IC0gIzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3Jlc2l6ZTwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2hvcnRuYW1lPC9zdHJvbmc+IC0gd29vPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2luZ2xlX3Bvc3RfaW1hZ2VfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gMzgwPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2luZ2xlX3Bvc3RfaW1hZ2Vfd2lkdGg8L3N0cm9uZz4gLSAyODA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19zbGlkZXJfaGVhZGluZzwvc3Ryb25nPiAtIEFsc28gaW4gdGhpcyBzaXRlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGhlbWVuYW1lPC9zdHJvbmc+IC0gVGhlIEpvdXJuYWw8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb191cGxvYWRzPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL0FKU21pdGguY28udWsva2xpbWF0L3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvMy1mYXZpY29uLnBuZzwvbGk+PC91bD4=