Sunday, 23rd April 2017

Changement climatique

Si le climat change, pourquoi faisait-il si froid cet hiver ?

Trop souvent, nous confondons climat et temps (lire : le temps qu’il fait). Le temps, d’après une simple définition, est un état de l’atmosphère à un endroit particulier et à un instant donné eu égard à la chaleur, l’état nuageux, la sécheresse, le soleil, le vent, ou bien encore la pluie, etc. A la différence du climat qui se définit comme les conditions météorologique prévalant sur une aire en général ou sur une longue période de temps.

Comment l’atmosphère nous protège et nous réchauffe-t-elle ?

La raison pour laquelle nous humains existons sur Terre est principalement due aux gaz (appelés gaz à effet de serre) de l’Atmosphère qui réchauffe nos jours et nos nuits. Par exemple, sur la Lune, il n’y a pas d’atmosphère and la température peut être d’un froid polaire, bien au-dessous de zéro degrés Celsius. Mais d’un autre côté, cette couche ne doit pas être trop épaisse. Sur Vénus, l’atmosphère est tellement épaisse que la vie (telle que nous la connaissons) y est simplement impossible à cause de températures extrêmes bien au-dessus de 200 degrés Celsius.

La vie sur Terre est possible grâce à un mélange équilibré de gaz dans l’atmosphère. Cependant, depuis la Révolution Industrielle, nous avons modifié la composition de l’atmosphère en augmentant par au moins 35% la concentration de dioxyde de carbone (CO2 – le principal gaz à effet de serre).

Avons-nous des preuves de ce changement ?

La météorologie est une science relativement récente. Malgré cela, nous disposons aujourd’hui de données précises depuis 1850. Eu égard à ces données, en 2007, le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC) a pris trois différents paramètres en considération : la température moyenne globale, le niveau des mers et la couverture neigeuse dans l’hémisphère Nord, afin d’exposer clairement les modifications induites par le changement climatique.

Les tendances trouvées sont les suivantes : la température moyenne et le niveau des mers ont augmenté alors que dans le même temps, la couverture neigeuse a diminué.

Ces simples éléments, montrés dans le graphique suivant, nous donnent la preuve du changement se produisant sur Terre depuis 1850.


N’est-ce pas qu’un processus naturel ?

Ce n’est pas la première fois dans l’histoire terrestre que le climat change. En conséquence, il est permis de se demander si ce changement est naturel ou non. Nous devons ainsi observer l’augmentation de nos émissions (anthropogéniques) au cours du dernier siècle.

En 1970, nous émettions 29 Gt (1 Gigatonne équivaut à 1 000 milliards de kilos) de gaz à effet de serre ; en 2004, 34 ans plus tard, nous avons augmenté nos émissions par 140% et 49Gt étaient émises dans l’atmosphère.

En conséquence, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a aussi suivi la même tendance. D’après les mesures fournies par l’observatoire de Mauna Loa (Hawai), en 1960, la concentration de CO2 était d’environ 320ppm (parties par million – cela signifie que dans un million de molécules, 320 d’entre elles sont des molécules de CO2) ; en 2010, la concentration était d’environ 390ppm. La concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a donc augmenté de 20% entre 1960 et nos jours.


A quoi faut-il s’attendre pour les prochaines années?

Une fois cette situation climatique connue, il est nécessaire de comprendre ce qu’il va se passer dans les prochaines années et au cours du prochain siècle. Le GIEC a produit des simulations de différents scénarios. Ces scénarios montrent que même si l’on s’arrête d’émettre des gaz à effet de serre aujourd’hui, la température moyenne globale va augmenter d’au moins 1 degré Celsius.

Cependant, en 2009, l’Agence Internationale de l’Energie a publié son rapport annuel, qui avait pour sujet le changement climatique et l’énergie.  Dans ce rapport, il est expliqué que si l’on continue à émettre selon la même tendance, la température globale augmenterait d’au moins 6 degrés Celsius. De plus, il est assuré que cela aura un impact climatique majeur et causera des dommages irréparables à la planète.

Que seront les conséquences ? 2010 était-elle une année normale ?

Si le climat se réchauffe, ce changement pourrait être agréable et confortable, et spécialement pour les pays Nordiques tels que la Norvège. Mais le changement engendré doit être considéré globalement (encore une fois !). En 2007, le réassureur Munich Re a publié un rapport concernant le coût et le nombre de catastrophes qu’ils ont eu à assurer depuis 1950. Le graphique suivant montrant clairement la preuve de ce changement. Le nombre d’événement géophysiques est resté stable au cours de la période, alors que le nombre d’événements liés au climat (météorologique, hydrologique et climatologique) a augmenté de 270% !

L’année 2010 est probablement la pire année que nous ayons jamais eu à vivre considérant les catastrophes climatiques. Avec l’exceptionnelle canicule vécue cet été en Russie et les inondations massives au Pakistan, nous avons certaine testé un amer avant-goût du 21e siècle.

PHVsPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9jb250ZW50PC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9jb250ZW50X2Fkc2Vuc2U8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9jb250ZW50X2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy93b290aGVtZXMtNDY4eDYwLTIuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfY29udGVudF91cmw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9oZWFkZXI8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX2hlYWRlcl9jb2RlPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfaGVhZGVyX2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3dvb3RoZW1lcy5jb20vYWRzL3dvb3RoZW1lcy00Njh4NjAtMi5naWY8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9oZWFkZXJfdXJsPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfbGVhZGVyYm9hcmRfZjwvc3Ryb25nPiAtIHRydWU8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9sZWFkZXJib2FyZF9mX2NvZGU8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9sZWFkZXJib2FyZF9mX2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy93b290aGVtZXMtNzI4eDkwLTIuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfbGVhZGVyYm9hcmRfZl91cmw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hbHNvX3NsaWRlcl9lbmFibGU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWxzb19zbGlkZXJfaW1hZ2VfZGltZW50aW9uc19oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSAxNDQ8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hbHRfc3R5bGVzaGVldDwvc3Ryb25nPiAtIGRlZmF1bHQuY3NzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYXJjaGl2ZV9wYWdlX2ltYWdlX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDIyMDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FyY2hpdmVfcGFnZV9pbWFnZV93aWR0aDwvc3Ryb25nPiAtIDIwMDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2F1dG9faW1nPC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NhdF9tZW51PC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jb250YWN0X3BhZ2VfaWQ8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jdXN0b21fY3NzPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fY3VzdG9tX2Zhdmljb248L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vQUpTbWl0aC5jby51ay9rbGltYXQvd3AtY29udGVudC93b29fdXBsb2Fkcy8zLWZhdmljb24ucG5nPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZXhjZXJwdF9lbmFibGU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVhdHVyZWRfaW1hZ2VfZGltZW50aW9uc19oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSAzNzE8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWF0dXJlZF9zaWRlYmFyX2ltYWdlX2RpbWVudGlvbnNfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gNzg8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWF0dXJlZF90YWc8L3N0cm9uZz4gLSBmZWF0dXJlZDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ZlYXR1cmVkX3RhZ19hbW91bnQ8L3N0cm9uZz4gLSAzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVlZGJ1cm5lcl91cmw8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19nb29nbGVfYW5hbHl0aWNzPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faGlnaGxpZ2h0c19zaG93PC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2hpZ2hsaWdodHNfdGFnPC9zdHJvbmc+IC0gZmVhdHVyZWQ8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19oaWdobGlnaHRzX3RhZ19hbW91bnQ8L3N0cm9uZz4gLSAzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faGlnaHRsaWdodHNfaW1hZ2VfZGltZW50aW9uc19oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSA3NTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2xvZ288L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19tYW51YWw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb20vc3VwcG9ydC90aGVtZS1kb2N1bWVudGF0aW9uL3RoZS1qb3VybmFsLzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX25hdl9leGNsdWRlPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fcmVjZW50X2FyY2hpdmVzPC9zdHJvbmc+IC0gIzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3Jlc2l6ZTwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2hvcnRuYW1lPC9zdHJvbmc+IC0gd29vPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2luZ2xlX3Bvc3RfaW1hZ2VfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gMzgwPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2luZ2xlX3Bvc3RfaW1hZ2Vfd2lkdGg8L3N0cm9uZz4gLSAyODA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19zbGlkZXJfaGVhZGluZzwvc3Ryb25nPiAtIEFsc28gaW4gdGhpcyBzaXRlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGhlbWVuYW1lPC9zdHJvbmc+IC0gVGhlIEpvdXJuYWw8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb191cGxvYWRzPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL0FKU21pdGguY28udWsva2xpbWF0L3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvMy1mYXZpY29uLnBuZzwvbGk+PC91bD4=